Aumônerie pénitentiaire

Ne gaspille pas tes souffrances…

Si je vous parle de la souffrance, c’est qu’elle est souvent l’élément déclencheur d’un changement dans notre vie, si nous sommes suffisamment éveillés et à l’écoute de son message; elle peut nous guider vers la vraie solution et nous apporter la guérison. Mais malheureusement, elle est la dernière chose que l’humain lâche ici-bas.

Pour ma part, je dois vous dire que la souffrance m’a beaucoup habité dans le passé et maintenant j’ai la conviction que nous pouvons nous en libérer et guérir. Aujourd’hui je suis persuadé que nous ne sommes pas nés pour souffrir, mais pour grandir et apprendre de nos souffrances. De plus, nous avons tous accès à la joie, à la paix, à l’amour et à l’abondance de la lumière. Il n’en dépend que de nous et des choix que nous faisons tout au cours de notre vie.

Mais pourquoi tant de gens souffrent-ils? Pour ma part quand je souffre, c’est que je résiste à quelque chose, à des éléments de ma vie que je ne veux pas lâcher, tel que les peurs, un défaut, une blessure intérieure que je ne veux pas voir, des attentes excessives, mes rancunes, mon manque de respect et d’acceptation de soi et des autres, etc. Alors je refuse de changer, je reste sur les freins, je me fais charrier par mon  » ego « , je n’assume pas mes choix, je refuse de voir la vérité et je m’éloigne de mon centre et de la sagesse intérieure que Dieu a mis en moi.

Alors arrive l’isolement, la tristesse, les déprimes, le burn out, la maladie s’installe et je m’enfonce graduellement. Que faire pour m’en sortir? Un de mes amis me disait :  » Ne gaspille pas tes souffrances « ; j’ai compris que les souffrances dans la vie sont toujours des signaux d’alarme qui nous mettent en garde et nous indiquent des aspects de nous à améliorer et à guérir. Pour moi, la voie de la guérison passe toujours par une volonté de changer, donc implique une décision; cette volonté de changement prend racine dans l’amour de soi, de l’autre et de Dieu. Si je dis Dieu, c’est qu’il est LA SOURCE qui nourrit ma foi, mon espérance et me donne cet amour inconditionnel; ainsi si j’accueille cet amour gratuit et si je crois profondément que Dieu m’aime sans condition, je pourrai aussi m’accepter et m’aimer et ainsi, aimer les autres. Pour moi, l’AMOUR est la base de toute guérison. N’oublions pas que nous devenons ce que nous pensons.

De plus, j’ai la conviction que la guérison intérieure apporte souvent la guérison physique et psychique. D’ailleurs Jésus-Christ nous dit :  » Soyez parfait comme votre Père est parfait « . À première vue, cela peut paraître très prétentieux de vouloir être parfait mais, pour moi, cela signifie que l’on doit tendre à devenir parfait, donc de croître. Concrètement, ça implique de travailler sur soi, de s’interroger sur ses comportements, ses actions, sur le sens de sa vie; comment j’apprends à aimer et comment je deviens meilleur. Et quand je décide d’amorcer ces changements avec mon guide Jésus-Christ et avec une foi profonde, et bien oui je guéris! Alors essaie, ose et prends le risque de plonger.

Simon Brouillard
Granby, QC

Ce texte est souvent remis par les aumôniers du centre pénitentiaire de Bourg aux nouveaux détenus.