Paroisse Ars

« Si tu avais été là »

L’expression que Marthe et Marie vont dire chacune à leur tour lorsqu?elles vont à la rencontre de Jésus venu les retrouver au moment du décès de leur frère Lazare : « Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort » !

Elles expriment une espérance déçue. Elles n’arrivent pas à comprendre que l’amitié profonde de Jésus pour leur frère ne se soit pas manifestée à l’heure de la maladie. C’est aussi l’étonnement de certains Juifs : « Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas empêcher Lazare de mourir ? » Et combien parmi nous n’arrivent pas à comprendre le pourquoi de la mort de tel être cher surtout lorsque les circonstances de l’âge ou de l’accident ajoutent un caractère dramatique et cruel ? Même le croyant ne peut s’empêcher de poser le pourquoi. « Où donc était Dieu ? Et, après tout, existe-t-il ? »

« Espérance déçue » ou « fausse espérance » ? Pour comprendre l’attitude de Jésus, il faut reprendre le début du passage évangélique. « Cette maladie ne conduit pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu » et plus loin : « Lazare est mort, et je me réjouis de n’avoir pas été là ». Cruauté de Jésus ? Non puisque nous le voyons bouleversé profondément devant la tristesse des assistants. Jésus lui aussi pleure. Il partage nos peines.

Il veut nous faire partager un autre message. Il nous invite à CROIRE à sa présence au coeur même de la mort. Il nous invite à croire à la vie éternelle : Celui qui CROIT en moi, même s’il meurt VIVRA… il ne mourra jamais. Crois-tu cela ? « Je suis la résurrection et la vie ». Message fondamental que nous réaffirmons dans le « Je CROIS en DIEU ». Message que St Jean et St Paul traduisent : « Nous serons pour toujours avec le Seigneur » (1 Th 4,17) « Là où je suis, vous y serez aussi » (Jn 14,3) Message du St Curé au petit Antoine GIVRE : « Je te montrerai le chemin du ciel ». DIEU lui-même est et sera notre ESPERANCE. Immanquablement Lui sera là ! Il tient toujours ses promesses. Il est fidèle. Mais il serait regrettable et pour Dieu et pour nous que nous manquions le rendez-vous, obligés de dire avec regret : « Si j’avais été là ! » Si j’avais fait confiance.

Père René LAVAUR.