Equipes du Rosaire

Conseil National des EDR

Témoignage sur le Conseil National des EDR 16 et 17 mars 2013
(Marie-Claude Chanel et Carine Aulen)

J’ai eu la chance de participer en mars dernier au Conseil National des EDR, à DOUAI dans le Nord.

Ce qu’il me reste de ces deux journées ce sont des images.
-* La première : c’est l’affiche que nous avions devant les yeux qui portait ce message : « avec Marie, transmettre l’espérance ».
Ce message était le fil conducteur de notre rassemblement.
L’enseignement du Frère Hervé Jégou nous rappelait combien notre mission avait du sens dans notre monde marqué par la désespérance…
« Avec Marie, transmettre l’espérance » : ce message a vraiment résonné en moi.
J’ai aussi vu un signe dans cette affiche. Elle comporte un détail de la porte de la basilique Ste Marie Majeure à Rome et c’est précisément dans cette église que, quelques jours avant notre rassemblement, le Pape François est venu remettre son ministère dans les mains de Marie. Cette affiche m’a rappelé notre lien à l’Eglise universelle.

-* Il y a cette autre image qui m’a marquée : Les Noces de Cana.
Je suis partie à Douai avec le souci d’une personne qui compte beaucoup pour moi. Je venais d’apprendre qu’elle était très malade. J’ai profité de mes deux heures de trajet aller à Paris pour prier pour elle en méditant le mystère des Noces de Cana et en récitant des dizaines de JVSM avec une clausule se rapportant à ce mystère. Et voilà que l’évangile lu le samedi était justement « Les Noces de Cana ». Quelle coïncidence ! L’enseignement du F.Jégou nous rappelait combien Marie coopérait au miracle, combien son intercession avait du poids sur le coeur de Jésus. J’étais à Douai mais j’étais aussi à Cana ce jour-là !

-* En préparant mon témoignage, une autre image m’est venue à l’esprit. A travers les différents diocèses représentés à ce Conseil j’ai vu toutes ces équipes comme de petites lampes allumées un peu partout. J’ai pris conscience de la dimension universelle de ces Equipes mais aussi que nous devions veiller chacun, chacune pour qu’elles ne s’éteignent jamais. Nos équipes vieillissent mais ici à Bourg cette petite équipe d’enfants est un bon présage pour la mission.

-* L’affiche « avec Marie Transmettre l’Espérance »
-* Les noces de Cana
-* Les petites lumières que nous portons dans les EDR

Voilà trois images que j’ai associées à ce Conseil National et je rajouterais que j’ai aussi pensé à la famille que nous formions autour de Marie, à la joie qu’elle apporte pour que nos rassemblements ait le goût de la fête… comme à Cana.

Je n’oublie pas l’accueil chaleureux des gens de Douai, les visages de nouveaux amis. Carine que j’ai eu le plaisir d’avoir à mes côtés, les échanges très riches au moment des repas.

J’avais dit « oui » spontanément à Chantale lorsqu’elle m’a proposé de la remplacer pour ce C N pourtant quelques jours avant de partir, j’ai eu des doutes quant à ce que j’allais faire là-bas. Je culpabilisais à l’idée de laisser les miens qui ne comprennent rien à mes choix. Ma fille, qui habite Paris, était chez moi pour quelques jours avec son fils… comment lui dire que je partais alors qu’elle nous rendait visite ? elle qui est un peu jalouse de la place que j’ai donnée à Dieu dans ma vie depuis quelques années.

Finalement, tout s’est bien passé…

J’ai pu remercier le Seigneur de m’avoir accueillie à Douai et Chantale de m’avoir donné l’occasion de vivre ce temps fort.
J’avais entendu parler de Douai pour le miracle eucharistique. Ce mystère m’avait interpelée mais je ne pensais pas me rendre un jour en ce lieu. C’est une grâce supplémentaire d’avoir pu contempler et méditer l’eucharistie devant cette hostie.
Il y a eu beaucoup de bonnes choses dans ce week-end que je n’oublierai pas.

Le miracle eucharistique s’est produit en 1254, à une période où la présence réelle était remise en cause.

Pendant qu’un prêtre distribuait la Communion, il fit tomber par mégarde une Hostie consacrée. Il se baissa pour la ramasser mais celle-ci se souleva d’elle-même et se posa sur l’ostensoir. Peu après apparut un enfant splendide que tous les fidèles et religieux présents purent contempler.

Aujourd’hui, on peut vénérer l’Hostie du Miracle. Tous les jeudis de nombreux fidèles se réunissent à l’église Saint-Pierre à Douai pour prier devant l’Hostie Prodigieuse.