Paroisse Reyrieux

Bonne année dans la Foi

Au début de cette nouvelle année liturgique qui commence, adressons nous des voeux pour que ce nouveau chemin de foi, qui s’ouvre devant nous, nous donne de progresser dans l’amour du Seigneur et la vie fraternelle.

Demandons la grâce de pouvoir en cette année de la foi, revenir à ce qui est essentiel.

Le Temps de l’Avent, (Temps de l’Avènement du Seigneur) prépare nos coeurs à sa venue, non pas simplement à celle d’un bébé dans la crèche ni à une fin du monde spectaculaire, sujet médiatique ou spéculation de voyants et d’astrologues (Confère l’Evangile), mais il nous invite à la vigilance. C’est une belle attitude de foi que de se faire veilleur.
Aimez le Seigneur et veillez dans l’attente de son retour ! Car il nous reviendra puisqu’il l’a promis et qu’il tient ses promesses.
« Tu es venu, tu viens, tu reviendras »

Le Seigneur est venu jusqu’à nous, il a partagé les chemins empruntés par tant d’hommes et de femmes avant lui, il nous précède sur ces mêmes chemins en donnant une direction nouvelle à notre marche ; il veut être notre compagnon de route et notre nourriture en son eucharistie.

Il fait de nous des pèlerins et des guetteurs car désormais nous n’avançons plus à tâtons, il nous éclaire et nous guide.
Au début de ce temps privilégié de prière et d’approfondissement de notre foi, que nos interrogations quelquefois angoissées sur l’avenir se transforment en convictions pour nous-mêmes, mais encore pour notre Eglise et notre monde. Car le Seigneur le promet, c’est le bonheur pour son peuple qu’il annonce avec sa venue.

« Que le Seigneur nous donne un amour de plus en plus intense et débordant, » demande Saint Paul dans la deuxième lecture et il exhorte à la Foi, l’Espérance et la Charité, les vertus Théologales qui sont des cadeaux du Seigneur qu’il nous faut demander.

Puissions-nous être vigilants dans la prière et attentifs aux signes de la présence de Jésus dans notre vie, pour ne pas nous laisser distraire par le tourbillon et les agitations (préparations des fêtes et fièvre des cadeaux) « et son jour ne nous surprendra pas comme un voleur. »