Mouvement Chrétiens des Retraités (MCR)

Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle

La Commission européenne fixe chaque année un thème différent : la grande pauvreté en 2010, le bénévolat en 2011. Le thème de l’année 2012 comprend un volet sur le bénévolat. Il n’y a pas de rupture d’une année sur l’autre.

La réunion des 27 ministres du travail, de l’emploi, de la santé tire une sonnette d’alarme, avec l’arrivée de la Roumanie et de la Bulgarie. Le seuil difficile sera atteint en 2025 : déséquilibre entre population active et population âgée. La Commission européenne lance une consultation sur la possibilité de désigner l’année 2012 comme l’année européenne du vieillissement actif. Ce sont les députés français qui demandent d’ajouter la solidarité intergénérationnelle.

Un appel est lancé aux 27 États membres : « Une année sur ce thème permettrait de renforcer la solidarité intergénérationnelle en contribuant à mettre en évidence l’apport des personnes âgées à la société et en faisant connaître des actions innovantes capables de mobiliser tout le potentiel de la génération vieillissante du baby-boom. La présente consultation a pour objectif de recueillir des idées et des suggestions auprès des principales parties intéressées et des experts sur la manière de donner le plus grand retentissement à cette année européenne et d’aider la Commission à prendre une décision quant à l’organisation même d’une année européenne et, le cas échéant, sur ses modalités. »

Les parties prenantes concernées : les ONG au niveau de l’Union, les partenaires sociaux, les gouvernements des États membres et les organismes nationaux, les organisations représentant les gouvernements régionaux et locaux, des experts…

Définition.

La notion de vieillissement actif désigne le fait de vieillir en bonne santé en conservant pleinement sa place dans la société, en étant épanoui dans sa vie professionnelle, autonome dans la vie quotidienne et engagé en tant que citoyen. Le défi consiste à tirer le meilleur parti de l’énorme potentiel que nous possédons tous, même à un âge avancé.

Les trois groupes.

Les 27 s’entendent pour distinguer les séniors (50-75 ans, en emploi, en préretraite et en retraite, en bonne santé relative), les aînés ou personnes âgées (75 – 85 ans, avec des soucis de santé et une vie sociale moins intense) et le Grand âge (au-delà de 85 ans, autonomie, mais parfois aussi dépendance).

Trois domaines d’action sont donnés comme prioritaires :

L’emploi. Du fait de l’allongement de l’espérance de vie dans toute l’Europe, l’âge de la retraite augmente, mais nombreux sont ceux qui craignent de ne pas pouvoir conserver leur emploi actuel ou trouver un autre emploi avant de pouvoir prendre leur pension dans les meilleures conditions. ? Il faut assurer aux travailleurs âgés de meilleures perspectives sur le marché de l’emploi.

La participation dans la société. La retraite n’est pas synonyme d’inactivité. L’apport des personnes âgées à la société est très important : elles prennent soin d’autres personnes, comme leurs propres parents, leurs conjoints ou leurs petits-enfants, elles mènent souvent des activités de bénévolat. ? Il faut assurer une meilleure reconnaissance de leur contribution à la société et créer un environnement qui leur soit plus favorable.

L’autonomie. L’état de santé décline avec l’âge, mais les conséquences peuvent être atténuées de multiples façons. De petits changements dans notre environnement peuvent faire une grande différence pour les personnes souffrant de handicaps ou de problèmes de santé divers. ? Il faut donner aux personnes âgées les clés qui leur permettront de rester maîtresses de leur propre vie le plus longtemps possible.

Quelques données de l’eurobaromètre :

– 61 % des personnes interrogées pensent que l’on devrait être autorisé à travailler après l’âge de la retraite. Les personnes approchant l’âge de la retraite sont plus nombreuses que leurs cadets à déclarer qu’elles-mêmes voudraient travailler plus longtemps.

– L’enquête montre à quel point la définition des termes «jeune» et «vieux» diffère selon les pays. Pour les Maltais, les Portugais et les Suédois, on est jeune jusqu’à 37 ans. Les Chypriotes et les Grecs repoussent cette limite à 50 ans. En moyenne, les Européens pensent que l’on commence à être considéré comme une personne âgée au seuil des 64 ans et qu’on cesse d’être perçu comme un jeune à partir de 41,8 ans. Ces appréciations varient aussi en fonction de l’âge et du sexe, les femmes placent le commencement de la vieillesse un peu plus tard (65 ans) que les hommes (62,7 ans).

– L’âge de la retraite est le plus souvent fixé à 65 ans. Mais l’âge moyen de la sortie définitive du marché du travail est d’environ 61,5 ans. Pour près des deux tiers, l’idée de combiner un emploi à temps partiel et une retraite partielle apparaît plus intéressante qu’une retraite à part entière.

– Un quart des Européens environ (y compris ceux de plus de 55 ans) indiquent qu’ils participent à des activités bénévoles. 36 % des Européens de plus de 55 ans aident ou soutiennent des personnes ne faisant pas partie de leur propre foyer, 15 % des personnes de plus de 55 ans s’occupent d’un membre de la famille plus âgé et 42 % l’ont déjà fait.

Calendrier

Cette année est considérée comme l’événement majeur d’un ensemble d’initiatives d’envergure couvrant la période 2012-2014, au cours de laquelle l’UE articulera une grande partie de ses programmes et politiques autour du thème du vieillissement actif et établira un cadre de promotion et de diffusion des nouveaux partenariats et initiatives.

En 2012, les temps forts de l’Année européenne sont
-* la mise en application des engagements formulés l’année précédente,
-* l’échange d’informations et d’expériences entre États membres et parties prenantes
-* la sensibilisation du grand public
-* le recueil de toutes les initiatives proposées
-* la promotion de ces initiatives au moyen d’activités médiatiques
-* la participation d’autres multiplicateurs d’opinion.

Un budget modeste : 5 millions d’euros pour 2012 mis à disposition par la Commission européenne (budget de 7 ans, 2007-2013). Promesse : les budgets non dépensés seront reportés en partie.

En 2013, l’UE pourrait donner aux États membres et aux parties prenantes la possibilité d’élaborer des stratégies par l’organisation d’activités spécifiques et la fixation d’objectifs précis.

L’intention première est de promouvoir le vieillissement actif tant au travail, en améliorant les possibilités de participation des travailleurs âgés, qu’au sein de la société, en luttant contre l’exclusion sociale par le bénévolat et le vieillissement en bonne santé et de manière autonome.

En 2014, l’évaluation des résultats portera sur la réalité
-* du renforcement de la solidarité entre les générations,
-* d’une meilleure prise de conscience de la contribution des personnes âgées à la société
-* de la qualité des mesures innovantes permettant de mobiliser le potentiel de la population croissante des personnes âgées de plus de 50 ans,
-* du développement de l’apprentissage mutuel entre les États membres afin de promouvoir des politiques de vieillissement actif.

Conclusion.

Le mot famille n’est pas apparu souvent, mais il est transversal à tout : logement, santé, accompagnement. Le Mouvement Chrétien des retraités et son Bureau national sont partie prenante de l’opération.

Présentation condensée d’après les notes de Mme Anne-Marie Dumont à qui nous adressons un grand merci.

Bernard Millet
Vieillissement_actif_synthese