Paroisse Oyonnax

Des mots ?nouveaux?

Dans le Nouveau Testament, certains passages sont si connus qu’ils en ont quitté le christianisme, et sont devenus les adages de notre culture. Sont de ceux-là : le bon berger, la pierre angulaire. Il y a tant de littérature, de vitraux qui s’y réfèrent que le sens nous paraît évident. Rien de plus simple dès lors que de tourner la page et de chercher un verset plus neuf. Et si le plus simple était justement de vérifier notre regard sur ces textes ? Faites l’expérience : photocopiez l’un d’eux, effacez les numéros des versets, et découpez-le en petites bandes faites avec les noms, les adjectifs, les verbes. Mélangez les papiers. Ensuite, reconstituez le texte… Souvent, bien des surprises nous attendent.

La première est de ne pas parvenir à restituer le texte exact, à se retrouver avec des mots en trop qu’on ne sait où placer. Une deuxième est parfois de ne pas retrouver ce qu’on aurait juré avoir lu dans le texte : aurions-nous confondu notre lecture et le texte ? Ensuite, des mots soudain nous interpellent : le texte redevient ?nouveau?. Et les mots ?Nouveau Testament? s’adressent alors à nous. Les lettres n’attendaient que notre attention, notre disponibilité pour renouveler notre regard. C’est de la sorte que des mots rejetés deviennent des phrases capitales, que des pierres rejetées deviennent des pierres angulaires.

Jean Devriendt