Paroisse Marboz

Les conscrits sont venus animer la dernière messe du temps ordinaire.

Après le passage des jeunes de propédeutique de la maison Saint Augustin de Paris, dimanche dernier, ce sont les jeunes nés en 1993 et 1994 qui ont franchi la porte de notre église ce 19 février.

01-26Venu remplacer le Père Didier, le Père François Rineau les accueille en soulignant l’aspect particulier de cette messe : non seulement c’est la messe des conscrits, mais c’est aussi la dernière messe avant le début du Carême. Ce temps de préparation à Pâques peut permettre à chacun (jeune ou moins jeune) de chercher en Jésus-Christ, l’ami véritable !
02-26
Enora fait la lecture d’un passage du Livre d’Isaïe.
Lecture du livre d’Isaïe (43, 18-19.21-22.24c-25)
Parole du Seigneur : Ne vous souvenez plus d’autrefois, ne songez plus au passé. Voici que je fais un monde nouveau : il germe déjà, ne le voyez-vous pas ? Oui, je vais faire passer une route dans le désert, des fleuves dans les lieux arides. Ce peuple que j’ai formé pour moire dira ma louange. Toi, Jacob, tu ne m’avais pas appelé, tu ne t’étais pas fatigué pour moi, Israël ! Par tes péchés tu m’as traité comme un esclave, par tes fautes tu m’as fatigué. Mais moi, oui, moi, je pardonne tes révoltes, à cause de moi-même, et je ne veux plus me souvenir de tes péchés.

03-25Blandine lit quelques strophes du psaume
1 – Heureux qui pense au pauvre et au faible :
le Seigneur le sauve au jour du malheur !
Il le protège et le garde en vie,
Il le soutient sur son lit de souffrance.

2 – J’avais dit : « Pitié pour moi, Seigneur,
guéris-moi, car j’ai péché contre toi ! »
Mes ennemis me condamnent déjà :
« Quand sera-t-il mort ? son nom, effacé ? »

3 – Mais toi, Seigneur, prends pitié de moi,
et je saurai que tu m’aimes.
Dans mon innocence tu m’as soutenu
et rétabli pour toujours devant ta face.


04-24Clémence lit une partie de la seconde Lettre de St Paul Apôtre aux Corinthiens.
Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens
Frères, j’en prends à témoin le Dieu fidèle : le langage que nous vous parlons n’est pas à la fois « oui » et « non ». Le Fils de Dieu, le Christ Jésus, que nous avons annoncé parmi vous, Silvain, Timothée et moi, n’a pas été à la fois « oui » et « non » ; il n’a jamais été que « oui ». Et toutes les promesses de Dieu ont trouvé leur « oui » dans sa personne. Aussi est-ce par le Christ que nous disons « amen », notre « oui », pour la gloire de Dieu. Celui qui nous rend solides pour le Christ dans nos relations avec vous, celui qui nous a consacrés, c’est Dieu ; il a mis sa marque sur nous, et il nous a fait une première avance sur ses dons : l’Esprit qui habite nos coeurs.

05-25
Le Père proclame l’évangile selon St Marc.
06-23Puis lors de son homélie, il nous laisse imaginer l’évènement historique de ce paralysé que l’on amène à Jésus, transposé à aujourd’hui :07-22

notre église trop remplie ne pouvant permettre l’accès à un handicapé et ses amis font tout ce qui leur est possible pour l’amener près du médecin. Jésus-Christ est en effet médecin du corps et de l’âme. La guérison peut être obtenue par la personne, elle-même, mais aussi grâce aux personnes qui l’entourent. Puis il relate le témoignage d’un jeune musulman, converti au christianisme et qui, au moment de son baptême, dit qu’il ne croit pas en Jésus-Christ, Fils de Dieu mais qu’il en est sûr : Jésus est le Fils de Dieu. Notre foi est basée sur cette certitude et elle est le don de Dieu.
C’est cette foi qui a permis aux hommes d’amener leur ami paralysé à jésus pour qu’il soit guéri. La foi dont nous sommes animés peut servir à bien d’autres. Jésus dit « tes péchés te sont pardonnés ». Ces péchés signifient la séparation d’avec Dieu. Comme il est Dieu, Jésus pardonne : il a lu dans la pensée des hommes. Il a soigné le corps du paralysé mais aussi son âme.
Nous pourrons méditer sur trois points de notre foi aujourd’hui : quel est son contenu ? (je Crois en dieu)
Comment sommes nous fidèles à cette foi ? (Est-ce qu’elle éclaire notre vie)
Quel est son rayonnement ? (En nous voyant vivre, est-ce que les autres se posent des questions ?)
Il nous faut demander au Seigneur de rendre notre foi rayonnante.

08-20
Chloé lit les intentions de la Prière Universelle.
Pour celles et ceux qui oeuvrent pour la dignité de leurs semblables, notamment pour les hommes, les femmes et les enfants écrasés par la misère. Prions le Seigneur.

Pour les gouvernants confrontés parfois à des problèmes insolubles, en particulier dans les pays pauvres où beaucoup de jeunes de notre âge n’ont pas accès à l’instruction, aux soins, aux biens élémentaires. Prions le Seigneur.

Pour celles et ceux de notre âge qui sont appelés par le Christ, à le suivre dans la vie consacrée ou dans le sacerdoce, afin qu’ils n’hésitent pas à s’engager par peur de l’avenir. Prions le Seigneur.

Pour notre groupe de conscrits heureux de se retrouver aujourd’hui. Afin qu’il puisse savourer cette amitié et la faire durer. Prions le Seigneur.

09-20
Après la communion, Marielle, Tiphanie, Charlène et Laurine présentent les brioches pour qu’elles soient bénies par le prêtre. 10-26Elles iront, après l’envoi, les distribuer aux fidèles en signe de partage.
11-20
La météo maussade ne permet pas que la foule soit nombreuse à regarder se hausser la perche, mais plusieurs parents et amis de conscrits sont téméraires et admirent le « passage » de la perche entre les générations !
12-17Après avoir promener la dite perche autour de l’église,13-11 elle est hissée contre le mur de l’église.
14-10
Puis comme le veut la tradition, les « 94 » vont la casser.
15-9Les jeunes continueront leur journée autour d’une bonne table et vous donne rendez-vous dans un an pour accueillir de nouveaux « croutonniers ».