Paroisse Saint-Martin - Combe du Val

L’église Notre Dame de l’Assomption de Lantenay

Lantenay

 

L’église actuelle a été construite en 1852 à l’emplacement de l’ancien édifice, elle est consacrée sous le vocable de l’Assomption de la Sainte Vierge, pour la paroisse de Lantenay Outriaz.

La paroisse de Lantenay existait déjà en 1205, et dépendait de l’abbaye d’Ambronay

 

Historique

 

Eglise_de_Lantenay_vieille_photo_wAvant 1793 le ch?ur de cette église qui vient de s’ébouler supportait une énorme tour de clocher… cette tour fut abattue comme toutes celles de l’arrondissement, est restée ensuite de nombreuses années sans toiture…
– En 1805 un clocher de bois sapin fut construit sur l’emplacement du premier, il n’a pu résister que quelques années…
– En 1828 la commune de Lantenay fit faire des réparations. En 1835, Mr le sous-préfet de Nantua transmis un ordre à l’architecte Carrier pour reconnaître l’état du ch?ur de l’église et du clocher en bois au-dessus…

 

« Monsieur le sous-préfet, il est à remarquer que depuis 1828 la commune ainsi que l’autorité supérieure ont toujours prévu la chute de cet ancien monument. Nous fumes invités à présenter un devis pour prolonger son existence de quelques années et que pendant ce temps la commune se créerait des fonds pour la reconstruire à neuf…« 
CARRIER ? Architecte ? rapport sur l’éboulement du ch?ur de l’église de Lantenay ? 1846.
Archives départementales de l’Ain

 

Construction de l’église

 

– Considérant que l’église de la commune est depuis plusieurs Eglise_de_Lantenay_sous_la_neige_wannées dans une situation déplorable, que l’humidité, les pluies, le poids énorme de la toiture… ont endommagé la nef et que de grandes réparations seraient utiles et toujours à recommencer et forceraient à des dépenses continuelles et toujours inutiles.
– Considérant que le clocher actuel construit en bois et placé sur le ch?ur y introduit la pluie, en détériore la voûte et rend inutile toutes les réparations qu’on y ferait…
– Pour tous ces motifs, après avoir sérieusement discuté et examiné soit ce projet de réparation de l’église, soit le projet de reconstruire un clocher, ont été d’avis qu’il était plus avantageux à la commune et bien moins dispendieux de reconstruire la partie antérieure de l’église, soit la nef et d’y placer un nouveau clocher faisant façade.
_ Extrait de délibération du 12 novembre 1845- Commune de Lantenay.

 

L’église actuelle a été inaugurée et dédiée solennellement au culte en avril 1852 à l’emplacement de l’ancien édifice. « Cette église, sortie peut-on dire, du sol même de Lantenay est érigée », déclare le rapport du curé de l’époque, Charles Lacroix « par le soin des habitants ».
_ Sa construction perdurera neuf années (1845-1854).

 

Description

 

L’église présente un plan en croix latine traditionnel. Son plan au sol représente une croix, auquel est adjoint un vestibule, comme beaucoup d’églises de cette région au dur climat hivernal. Son matériau de construction est la pierre de taille.

 

L’élévation intérieure :
_ On entre par un petit vestibule qui distribue le baptistère au nord, la nef à l’est et l’escalier menant au clocher au sud.
_ Remarquons le baptistère placé au pied de l’escalier et le bénitier Eglise_de_Lantenay_baptistere_wEglise_de_Lantenay_benitierwencastré, datant de la Renaissance, un antique bijou provenant de l’ancienne ferme fortifiée de Praz-Ban, du domaine de Meyriat.
_ Les fenêtres de la nef sont de simples baies cintrées. La nef est entièrement décorée de peintures murales dont les couleurs dominantes sont le jaune et le bleu-vert. Des chapelets ont été peints dans chaque travée, et des motifs accompagnent le chemin de croix en haut relief signé du sculpteur Fabisch à qui l’on doit la statue de Notre-Dame de Lourdes. Ce chemin de croix en plâtre blanc sculpté érigé canoniquement en 1952, a remplacé un précédent chemin de croix en toile, mis en place en 1894.

eglise_de_Lantenay_chemin_de_croix_w

Eglise_de_Lantenay_voute_w

Les trois chapelets peints à la voûte ont été voulus à cette place pour rappeler non seulement que cette église est dédiée à la Vierge, mais encore et surtout pour attester la protection miraculeuse dont Marie nous a couverts durant la guerre de 1939-1945. (Louis St Cyr, curé de Lantenay en 1952).

eglise_de_Lantenay_vitrail_w

Le transept est éclairé par deux vitraux, au nord celui de St Joseph et au sud celui de la vierge Marie de facture plus contemporaine.

 

Au dessus des autels et des chapelles, sont peints de faux retables en pierre.

 

Au fond de l’église se trouvent le ch?ur et l’abside semi-circulaires, décorés de boiseries. Des panneaux muraux décorés de peintures représentent la « descente de la croix » et le « couronnement de la Vierge », ainsi que deux anges dont l’un porte une palme et une ancre, attributs de l’espérance chrétienne, et l’autre un candélabre. On raconte que deux enfants, un d’Outriaz et un de Lantenay auraient servis de modèle au peintre (Jacquemet 1912).

 

Deux lancettes aux vitraux colorés, présentent des personnages bibliques : le Christ et sa nimbe crucifère, St Pierre et sa clef du paradis, St Antoine le Grand porte le tau accompagné d’un sanglier, un des ses attributs favori et St Jacques le Majeur et la coquille.
_ Le mode de retombé des voûtes en berceau nervuré de la nef est assuré par des pilastres cannelés, sorte de colonne plate remarquablement peints et non sculptés, c’est à s’y méprendre.

 

L’élévation extérieure

Eglise_de_Lantenay_exterieur_w

Le parvis de l’église invite à pénétrer dans l’édifice, on y accède par un emmarchement surmonté par un tympan triangulaire, typiquement néoclassique, reposant sur deux consoles cannelées, au dessus de la porte. La date de la consécration de l’église y est sculptée. Le coté sud présente deux contreforts qui scandent les baies, surmonté par un entablement qui court le long des façades.

 

La nef et les transepts sont recouverts d’ardoises. Le clocher, couvert d’un toit à l’impérial est recouvert d’acier inox brûlé depuis 1981 où un important chantier financé par les deux communes de Lantenay et d’Outriaz le remet à neuf : la charpente et la couverture du clocher sont en plaques d’acier inox vieilli.
_ Source : Anne-Siegrid Adamowicz- 2002

Eglise_de_Lantenay_anciens_fonts_baptismaux_w

Dans la cour de l’église, on remarque, outre les statues du curé d’Ars et de saint Pierre Chanel (don en 1922), les anciens fonts baptismaux (qui dit-on, proviennent de l’ancienne église ou de Meyriat).

 

Le mobilier

Eglise_de_Lantenay_choeur_w

Au centre de l’abside un grand Christ en bois de sapin sculpté. L’autel principal est constitué par un gros bloc de pierre et le sol du ch?ur est recouvert de grandes dalles de pierre, ainsi que l’allée centrale. Une grille de communication (table de communion) sépare le ch?ur de la croisée du transept (peu d’églises ont conservé cette grille, au moment des grandes transformations de Vatican II).

 

La chaire est en bois de hêtre. Plusieurs statues décorent l’église, le Saint Curé d’Ars, Saint Jean Baptiste, l’Immaculée Conception, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, Saint Joseph et Saint Pierre Chanel.
Richesses touristiques et archéologiques canton de Brénod ? Pré-inventaire -1989

 

Eglise_de_Lantenay_bancs_wDes travaux d’embellissement ont été réalisé en un siècle, depuis sa reconstruction en 1852, jusqu’à son centenaire en 1952 : Essentiellement l’autel majeur, les statuts de la Vierge et de St Joseph en 1854 puis les vitraux en 1869. Ont suivi, les boiseries de sapin dans l’abside et les peintures du ch?ur et des chapelles en 1912.

 

Eglise_de_Lantenay_nouvau_baptistere_wA l’occasion du centenaire, le curé de la paroisse, l’abbé Louis Saint-Cyr, fait installer un nouveau baptistère, à l’extérieur de la nef, qui contient les fonds baptismaux sculptés en pierre d’Hauteville : « L’oeuvre maîtresse est sans contredit ce baptistère crée dans le narthex du temple. Creusé dans une belle pierre gris-doré d’Hauteville, étincelant comme un marbre, il est séparé du seuil par une élégante clôture de bois et orné d’une couronne de mosaïques artistiquement encastrées dans le sol ».

 

« Cette église… est bien l’image des gens de Lantenay ou d’Outriaz qui, sous leur aspect robuste cachent une belle âme. » Echo Liberté ? 1952