Paroisse Marboz

Messe du 6 mars, animée par les « conscrits ».

06_03_02
06_03_03
06_03_04
Ils ont assurés les lectures et le psaume.
06_03_05
Après la proclamation de l’Evangile, le père Didier a axé son homélie sur le sens de la prière.

Cette dernière est évidemment nécessaire, mais elle ne suffit pas à nous donner « bonne conscience ». Il faut aussi faire le bien autour de nous, et il faut prêter attention à tous ceux qui sont dans le besoin : ceux qui sont loin dans les pays défavorisés, mais également apporter notre aide à ceux que nous côtoyons chaque jour. Pour cela trois « pistes » nous sont offertes :
o Etre en vérité, ce que nous sommes devant Dieu, comme devant les hommes. Il s’agit de nous accepter tels que nous sommes, avec nos grâces et nos limites. Il faut accepter nos défauts et ceux des autres. Nous sommes souvent intransigeants avec les autres et indulgents avec nous-mêmes. Quand nous voyons des défauts chez quelqu’un, recherchons immédiatement ses qualités et rendons grâce à dieu pour cette qualité !
o Dans le quotidien de nos vies, quand des décisions se prennent autour de nous, contraires à nos idées, évitons de porter trop rapidement un jugement négatif. Ces propos négatifs sont sans doute le fruit d’une réaction rapide à des choix qui nous bousculent. Prenons toujours un temps d’observation et sachons voir que tout n’est pas mauvais même si cela nous dérange !
o Faire confiance dans la Parole du Seigneur. Jésus nous donne tous les moyens pour parvenir au royaume de Dieu : il faut faire confiance, intégrer cette Parole pour la mettre en pratique et, en cela, la prière prend tout son sens.
C’est par la grâce de Dieu, que la prière prend tout son sens et que la Parole de Dieu vient féconder tous nos faits et gestes.
Cette confiance accordée à la puissance de la prière est rapportée par une des petites soeurs de Mère Térésa.
Dans la communauté, la journée commence toujours par une heure d’Adoration, avant d’aller porter les soins aux miséreux. Un jour une soeur demande à la Supérieure, Mère Térésa, l’autorisation de ne faire qu’une demi-heure d’adoration au vu du travail trop important qui l’attendait, formulant qu’ainsi elle pourrait donner plus de temps aux pauvres qui l’attendaient. Après un bref et intense temps de réflexion Mère Térésa lui fit cette réponse : à partir de demain, vous ne ferez plus une heure d’adoration mais deux heures. La petite soeur témoigna par la suite que c’est après ce soeur à soeur avec le Seigneur plus long, chaque jour, qu’elle fut le plus efficace auprès des miséreux et des mourants. Le recours à la prière est là pour féconder et unifier nos vies
.

06_03_06
Les intentions de prières ont été préparées et lues par les jeunes.

– Pour les artisans d’espérance et de réconciliation qui oeuvrent publiquement ou dans le secret, prions le Seigneur.
– Pour les chrétiens en proie à la persécution ou aux vexations à cause de leur foi, prions le Seigneur.
– Pour nos communautés chrétiennes appelées à la créativité dans un monde qui change, prions le Seigneur.
– Pour les conscrits de la Douze : afin que l’amitié, qui les lie, perdure dans le temps, prions le Seigneur.

06_03_07
Avant l’envoi, Mireille annonce à tous la vente de fleurs qui aura lieu à la fin de la messe de secteur, dimanche prochain, au profit de l’Association Horizon Centrafrique dont s’occupe le père Bernard Michollet, prêtre bien connu des paroissiens de notre groupement.
A la fin de la cérémonie, le père Didier a remercié les jeunes de leur présence et leur a tout simplement souhaité de bien continuer la journée en leur disant combien il est bon pour la communauté de voir les jeunes participer à une messe dominicale.
06_03_08
A la sortie, paroissiens, parents et amis des conscrits viennent soutenir les jeunes pour la « perche » qui doit être hissée !
06_03_09
06_03_10
Avant de partager un repas avec les « 92 », les jeunes de 93 devaient, bien évidemment après avoir fait le tour de l’église,
06_03_11
dresser la traditionnelle « perche » contre l’un des murs de l’église,06_03_1206_03_13

puis aller la casser…
06_03_14
Pour réussir ce challenge, il faut s’affronter aux « ainés » dont le but est à la fois de montrer ce que les jeunes doivent faire pour accéder au statut de « conscrits » mais aussi de les contrer dans leur efforts.
Là encore, la tradition est présente et d’année en année, les « conscrits » transmettent ce qu’ils ont vécus un an auparavant !

M-O Fernandes