Aumônerie pénitentiaire

Zoom sur l’aumônerie de la prison

Dans le cadre des 17èmes Journées nationales des prisons du 22 au 28 novembre 2010, l’équipe d’aumônerie de la prison de Bourg propose une réunion d’information le mardi 23 novembre à 18 h à la Maison Jean-Marie Vianney, 27, rue Dr Nodet à Bourg.

L’équipe diocésaine de l’aumônerie pénitentiaire est actuellement composée de 4 permanents – Denis Pritzy (responsable), le P. Roger Hébert, Serge Dreumont et Claude Igonenc, diacre permanent et d’ intervenants occasionnels ? Ariane Schira, Emmanuel et Bénédicte Duthoit.

2010_001

Quatre mots peuvent résumer la mission qui leur est confiée : ensemble, rencontrer, réfléchir et célébrer.

Ensemble parce qu’il s’agit d’oeuvrer en équipe auprès d’un groupe de détenus et que se tissent peu à peu des passerelles entre tous. Ces liens favorisent la rencontre, terreau nécessaire à la réflexion, qui consiste à découvrir ensemble l’Evangile. Ce mouvement peut culminer dans la célébration.

Des messes ont pu déjà être proposées à l’occasion des grandes fêtes, ainsi pour Pâques, le 15 août, la fête de la Toussaint… Comme l’exprime un détenu : « A ce moment-là, il n’y a plus de prisonniers… on n’est pas en prison, mais dans une salle de culte ! »

Actuellement, 27 à 28 détenus de la maison d’arrêt et 18 du centre de détention participent à ces temps forts, soit 36 personnes.

D’autres initiatives sont particulièrement appréciées des détenus. Ainsi, avant le pèlerinage diocésain à Lourdes au mois d’août, il leur a été proposé de confier aux aumôniers leurs intentions de prière. Elles ont été finalement été lues à Lourdes au cours d’une célébration. La même démarche va leur être suggérée à l’occasion de la procession du 8 décembre à Lyon.

2010_003

Les membres de l’équipe d’aumônerie ont le souci de se former. Il s’agit, au fil du temps, de recueillir l’expérience humaine et spirituelle dans laquelle ils sont engagés afin de devenir véritablement des témoinsde Celui qu’ils veulent annoncer : le Christ.

C’est d’abord l’occasion d’échanger sur ce qu’ils découvrent : découverte de l’autre en milieu carcéral avec sa souffrance, dans un lieu de souffrance imposée ? et non subie, comme à l’hôpital ; découverte de la diversité humaine dans un lieu concentrationnaire ; découverte d’autres cultes ; découverte de leurs propres faiblesse… Egalement d’entrer dans un apprentissage, tout spécialement celui de l’écoute ? qui s’avère être plus importante que la parole ? et donc du silence.

L’annonce de la Bonne Nouvelle demande aussi de chercher des textes, des mots, de travailler en quelque sorte pour appréhender le message à transmettre.

« Est-ce que, dans la rencontre de l’autre, j’ai l’impression de rencontrer le Christ ? Est-ce que je me fais assez proche pour entrer dans une relation avec Lui ? » telle est l’une des questions qui se posent sur ce chemin de croissance.

Les détenus étant souvent destructurés, il est particulièrement important de proposer, lors des rencontres, des éléments d’un cadre de référence solide. Un certain nombre d’objets-signes y contribuent comme chapelets, croix, bibles, images…

2010_002

Au cours de la soirée d’information du 23 novembre, les membres de l’aumônerie évoqueront leur mission dans le nouveau centre et auront à coeur de rencontrer les personnes présentes et de répondre à leurs questions.