Paroisse Sanctuaire Saint-Pierre Chanel - Cuet

HISTORIQUE DU SANCTUAIRE

Dès le XIIe siècle, un texte mentionne l’existence d’un prieuré à Cuet, dépendant de l’abbaye de Saint-Claude (Jura). Cette paroisse très ancienne fut en effet fondée par des moines défricheurs qui la placèrent sous le patronage de Saint Oyen, quatrième abbé de Condat (Saint-Claude).

sommaire:
Une paroisse très ancienne
Projet d’une grande église
Des transformations
Saint Oyen
ancre1<-]
[ancre2<-]

Une paroisse très ancienne

Dès le XIIe siècle, un texte mentionne l’existence d’un prieuré à Cuet, dépendant de l’abbaye de Saint-Claude (Jura). Cette paroisse très ancienne fut en effet fondée par des moines défricheurs qui la placèrent sous le patronage de Saint Oyen (*), quatrième [abbé de Condat

(Saint-Claude).

Au XVIIe siècle, Montrevel voit croître sa population, grâce à la construction de la route royale tracée de Bourg à Tournus, qui entraîne un développement économique et rapproche les habitations du bourg. Les montrevellois acceptent de moins en moins de devoir se rendre à Cuet pour les obligations religieuses. Après un accord passé avec l’évêque de Lyon et le comte de Montrevel, une église se construit à Montrevel, mais les chanoines de St-Pierre de Mâcon, dont dépendait Montrevel, ne souhaitent pas la desservir.

Des bouleversements
La Révolution tomba sur cette situation de rivalité. Comme la plupart des clochers dans l’Ain, celui de Cuet fut démoli et la célébration du culte fut déplacée à Montrevel. Mais les habitants, tenant à leur paroisse, réparaient les dommages et réclamaient un desservant. Les autorités civiles tranchèrent : en 1793, Cuet devint un hameau de Montrevel, et en 1806 Montrevel devint l’unique paroisse.

C’est dans ce contexte que naquit Pierre Chanel en 1803. L’église de Cuet était alors désaffectée et le culte était célébré à Montrevel ou à Cras-sur-Reyssouze. C’est dans l’église de Cras que le jeune abbé Chanel célébrera sa première messe en 1827. En 1847, par décision royale, Cuet redevint une paroisse à part entière et conserva un curé jusqu’en 1991.

Origine du Sanctuaire et du pèlerinage en 1889:

Le 17 novembre 1889, Pierre-Louis-Marie CHANEL est béatifié et nommé premier martyr de l’Océanie. C’est suite à cet événement ecclésial que débute l’histoire du pèlerinage de Cuet.  En effet, Mgr Louis-Joseph LUCON, récemment nommé évêque de Belley, est appelé à prévoir la mise en place du culte au nouveau Bienheureux: vénération de ses reliques, prières, images, etc. Dans une lettre pastorale datée du 8 décembre 1889, il décrète que la paroisse natale du bienheureux sera le lieu officiel du pèlerinage et un centre de prière pour tout le diocèse.

Haut de page

ancre3<-]

Projet d’une grande église en 1913

projetEgliseCuet
L’évêque de Belley [Monseigneur Adolphe Manier

a décidé l’érection d’une église en l’honneur du bienheureux Chanel. Le curé de l’époque CARRAZ fit des cartes de souscription le 8 décembre 1913 pour financer cette construction monumentale. Des cartes postales furent éditées…

<doc16608 left> <doc16611 right>

Mais la guerre arrêta le projet et l’argent récolté fût redistribué pour aider au financement de l’artillerie !

Haut de page

ancre4<-]

Des transformations

L’église de Cuet garde son plan d’ensemble de type roman, « orientée » au levant, nef unique voûtée en berceau et abside en cul de four.
Cuet_EgliseAncienne
Cuet_002ancienneEglise
Les murs ont subi des remaniements, perceptibles surtout sur le flanc sud qui laisse paraître la trace d’un arc brisé au-dessus de la porte :
ancien porche d’accès ou reste d’une chapelle disparue ?

<doc16612 left> <doc16613 right>

En 1954, à l’occasion de la canonisation de saint Pierre Chanel, fut ouverte côté nord la chapelle rotonde

rotonde-2rotonde-3
où l’on peut vénérer le reliquaire du saint martyr,

contenant quelques ossements rapportés de Futuna.

– les anciens vitraux furent déplacés dans le musé:

<doc16616 left> <doc16615 right>

Dans le même temps fut aménagé le toit avancé du côté sud pour abriter les pèlerins.
AuventPelerin

[Haut de page

ancre5<-]

(*) Saint Oyen (= « celui qui écoute ») le saint patron de l’église

Comme les deux frères saints Romain et Lupicin, évangélisateurs du Jura et fondateurs de l’abbaye de Condat, Oyend (Eugendus) est né à Izernore, vers l’an 4Formé très jeune à l’école des saints pères du Jura, il devint le quatrième abbé de Condat. Son rayonnement fut tel que la cité abbatiale prit de le nom de Saint Oyend jusqu’au XIIIe siècle. (Mort le 1.01.5Fête le 2 janv.)
Paroisses du Diocèse de Belley-Ars placées sous le patronage de Saint Oyen :
Belmont, Charancin, Courmangoux, Cuet, Cuzieu, Meillonnas.
Quatre communes portant le nom de Saint Oyen sont jumelées entre elles : Saint-Oyens (Canton de Vaud en Suisse), Saint-Oyen (Val d’Aoste en Italie), Saint-Oyen en Savoie, et Montbellet-Saint-Oyen en Saône-et-Loire.

[Haut de page