Service Diocésain de Pastorale Liturgique et Sacramentelle (SDPLS)

Fleurir en liturgie c’est favoriser LA rencontre

Cette année, c’était au tour de l’équipe « Fleurir en Liturgie » de Belley-Ars d’accueillir les équipes diocésaines d’Annecy, Dijon, Lyon, St Etienne et Viviers, soit une trentaine de personnes réunies à Seillon pour une journée fraternelle de célébration, de partage et de formation… quelques fleurs pour marquer le début du printemps ! A partir du thème « Christ, chemin de Lumière », plusieurs expressions artistiques ont été présentées ; on recueillera quelques expressions de l’intervention du P. Joël Lambert, Responsable diocésain de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle.

FEL_002Notre mission de fleurissement veut contribuer à l’oeuvre de Dieu et témoigner du Christ mort et ressuscité. Si les fleurs sont autant d’actes d’amour du Dieu créateur, elles participent ? par notre intermédiaire – à une mission d’Eglise. Chaque participant de la célébration dit quelque chose du mystère de la foi chrétienne comme aussi toute chose ? et donc les fleurs. Les églises fleuries témoignent également, même en dehors des temps de célébrations, de la présence de la communauté chrétienne.
FEL_015

FEL_009 Comment alors établir une relation à partir d’une composition florale, avec la personne du Christ ? Comment amener à vivre une relation avec Lui, selon le temps liturgique, au coeur d’une célébration ou au lieu d’une dévotion ? Il s’agit de servir cette relation, guider, servir, en tenant compte de l’espace sacré. Les fleurs dans la liturgie aident au cheminement, sont chemin de lumière, et ne doivent donc pas être un obstacle, un paravent. Elles favorisent la rencontre.

FEL_010

Il est important de comprendre le lieu dans lequel on célèbre, dans lequel on fleurit, ceci pour toujours favoriser la rencontre de celui qui entre dans l’église avec le Seigneur, favoriser l’expérience de Dieu. Ainsi nous participons à l’oeuvre du Christ Lumière. L’église est un bâtiment chrétien qui a une relation avec la lumière. Il est orienté d’ouest en est, vers le Soleil levant, le Christ. C’est aussi un lieu qui vit, dont tous les recoins sont appelés d’heure en heure à être éclairés en raison de la gravitation du soleil. Cet espace devrait donc être très lumineux, habité, pénétré par la lumière. Il s’agit par ces dispositions architecturales de rendre visible, d’attendre l’avènement du Christ, la rencontre avec Lui, à la fin des temps. Cette rencontre est préfigurée dans l’Eucharistie : au coeur de l’édifice se trouve le ch?ur, ce lieu vers lequel convergent les regards. Voilà pourquoi la composition florale ne doit pas faire obstacle, mais donner à voir le Christ, conduire, orienter vers Lui.

FEL_016

Ainsi la mission de fleurissement en liturgie s’inscrit-t-elle à la fois dans la célébration et dans l’espace pour traduire le mouvement de la foi, le cheminement du croyant. Elle est alors pleinement au service de la liturgie.

FEL_019FEL_020

FEL_023

La liturgie est première

FEL_025De l’Art floral au service de la Liturgie à ?Fleurir en Liturgie?, notre démarche a évolué. La liturgie est PREMIERE et la technique florale est à son service. Il nous est indispensable de savoir :
1 – Ce qu’est la liturgie, d’où l’importance de bien connaître la liturgie : le Mystère Pascal, la célébration, les sacrements, les temps liturgiques…
2 – Que le bouquet n’est qu’un moyen. Il n’est pas là pour se faire admirer, il est là pour être louange, prière, moyen pour conduire du visible ce qu’il est, à l’Invisible Le Seigneur Créateur. Le bouquet est peut-être nécessaire, mais pas indispensable, la Liturgie est première.

FEL_034

FEL_035 Dans notre action de fleurir, nous devons avant tout rechercher la simplicité, avoir l’esprit des béatitudes, c’est une démarche très différente de celle des fleuristes professionnels.
Fleurir en liturgie c’est :
Garder en mémoire que c’est le Seigneur le premier qui nous offre cette création, et à notre tour nous offrons en louange la création au Seigneur et à l’assemblée, on entre dans le mouvement eucharistique. Dans une interview à Panorama, Jean-Marie Pelt reprend une idée des Pères grecs selon laquelle ? la nature est le lieu où Dieu est révélé, avec une grande insistance sur la beauté de la nature, voie par laquelle on peut atteindre Dieu. C’est dans la beauté de la nature que Dieu se révèle?.

FEL_036

FEL_042 Cette nature qui est notre support de vie, sans qui l’homme n’est rien, nous ne devons en rien la dénaturer et donc nous devons :
A – D’abord savoir la regarder. La nature c’est du vert en majorité avec quelques taches de couleur. C’est l’arbre, la souche, le caillou, le sable, l’eau, le bois mort, le chemin, les feuilles, les fleurs.
B – Savoir la respecter. La nature qui nous est offerte, le sens de pousse, le rythme des saisons, la flore de notre pays, de notre région. C’est notre vie quotidienne que nous offrons. Faire un bouquet c’est dialoguer avec la nature, c’est prendre du temps, c’est être disponible du coeur et de l’esprit.



FEL_045 FEL_046
FEL_047 FEL_048
FEL_049 FEL_051
FEL_052 Pour fleurir en liturgie, il est nécessaire d’abandonner toutes les techniques sophistiquées qui ne respectent pas la nature. Il ne faut pas suivre la mode. Chaque élément doit être en position naturelle. Nous sommes au service de la nature, ce qui est plus exigeant que de se servir d’une forme apprise. Il est plus difficile de faire simple que de faire compliqué.
FEL_053

N’oublions pas que nous sommes au Créateur et que nous devons magnifier la Création. C’est essentiel. Simplicité ne veut pas dire austérité. Cela doit être simple et BEAU. Ce qu’il est indispensable de connaître, surtout si nous ne voulons pas réaliser du compliqué : ce sont les règles générales de composition d’un bouquet.
Source : site internet du SNPLS

FEL_054