Où se trouve le roi des Juifs qui vient de naître ?

«Nous avons vu son étoile à l’orient et nous sommes venus l’adorer…»
A l’époque où sont rédigés les évangiles, la littérature juive se plaisait à raconter l’enfance des héros de la Bible. C’est dans ce climat que Mathieu reprend certaines traditions. Elles sont pour lui l’occasion de dire, comme dans une préface à son évangile, ce que sera plus tard la mission de Jésus : ignoré des siens, persécuté, il ira donner l’Évangile aux non Juifs. Mathieu cite plusieurs fois l’Ancien Testament, et chaque fois il ajoute : «ainsi devait s’accomplir». Il nous invite ainsi à relire les textes de l’Ancien Testament qui nous parlaient bien du peuple d’Israël, mais, mystérieusement, annonçaient Jésus. Ce Jésus qui, dès sa naissance, devient un point d’attraction de toute sorte : d’abord les anges, puis les bergers, en passant par les mages et enfin les soldats d’Hérode… La visite des Mages semble insolite mais en fait, ils étaient des prêtres respectés de la religion de Zoroastre, des astrologues et de surcroît des devins. Ici ils représentent les religions étrangères à la Bible. Les prêtres juifs et les chefs du peuple de Dieu ne reçoivent pas la nouvelle de la naissance de Jésus, mais Dieu la révélé à certains de ses amis du monde païen, montrant ainsi que de tous les temps : Jésus est le Sauveur de tous les peuples du monde. L’étoile des mages, nous suggère que Dieu appelle chacun de nous à partir de ce qu’il est et de ce qui l’inspire. Il appelle les pêcheurs après leur pêche ; et c’est par une étoile qu’il fait venir les astrologues. Quel que soit le chemin, il aboutira à celui qui est le rayonnement de Dieu Jésus Christ. Quiconque le trouve, trouve Dieu.