Paroisse Marboz

Le témoignage du Père Joseph SEMEKO.

Venu à Ars, il s’était engagé, lors de son passage dans notre groupement paroisssial, à nous faire partager son « vécu »…

Après nous avoir adressé ses voeux, voici son texte.
J’ai eu l’insigne honneur de partager avec vous ce que j’ai vécu à la Retraite Sacerdotale Internationale à Ars du 27 septembre au 03 octobre 2009.
Avant d’aller à ce partage, permettez ?moi que je rende un vibrant hommage au R. Père Samuel Komlan MELEDI qui a eu l’amabilité de m’inviter à cette retraite. Comme le dit si bien un adage africain, « Il s’est plié en deux » pour m’octroyer ce privilège spirituel. Qu’il en soit ici remercié.
Je suis Kossi Joseph SEMEKO de nationalité togolaise. 2010.3Je suis prêtre, du diocèse d’Atakpamé, ordonné le 29 Juin 2003. Vicaire à la paroisse Ste Famille à Atakpamé pour un an, je fus envoyé comme fondateur d’une jeune paroisse à Témédja où je viens de totaliser cinq ans. A la suite de la nomination de juin 2009, je suis de nouveau envoyé à la paroisse Saint Joseph Ouvrier de Pagala-Gare comme curé.
J’ai voulu me ressourcer spirituellement, me refaire avant de regagner ce nouveau poste. Alors, j’ai informé le R. Père Samuel de mon intention d’aller à Lourdes, à la cité St Pierre pour un bénévolat de trois semaines afin de me rendre aussi utile aux autres. Sur cette décision, il m’informait qu’il y avait aussi une retraite sacerdotale à Ars, si j’aime bien le Saint Curé d’Ars et si je m’y intéresse, alors nous négocierons  » ma participation » . Ce qui fut fait et j’ai eu la divine grâce d’être là.
logo_2010TOUT EST GRACE.
A présent, permettez-moi de revenir sur mon petit partage.
Ars est un lieu privilégié, un lieu de grâces, un lieu saint qui transforme la vie de l’homme. Oui, j’ai vécu à Ars, en ce lieu privilégié, une triple rencontre :
La rencontre avec Dieu sur les pas du saint Curé, la rencontre de soi et la rencontre avec les autres.
Si ?’Ars a été possible cette année » , c’est que Dieu continue d’exaucer les prières de Jean-Marie VIANNEY.
Sa Sainteté, le Pape Benoit XVI a proclamé l’Année Sacerdotale du 19 juin 2009 au 11 juin 2010 pour marquer le 150ème anniversaire de la mort du Curé. Il l’a voulu comme une année spéciale dans l’unique but de « favoriser la tension des prêtres vers la perfection spirituelle dont dépend avant tout l’efficacité de leur ministère » et ?’faire percevoir toujours plus l’importance du rôle et de la mission du prêtre dans l’Eglise et dans la société contemporaine ».
Pour cette raison fondamentale, l’Année sacerdotale a été une porte ouverte qui a pu nous faire entrer dans la vie du Curé d’Ars. C’était une occasion à l’Eglise de redire à tous ses prêtres qu’elle les aime, les vénère et reconnait ce qu’ils réalisent dans leur vocation et mission de prêtre. Bien plus, je crois, l’Eglise avance avec les pieds de ses ministres qui sont ses prêtres.
LA JOIE D’ETRE PRETRE.
C’est au tour de ce thème que, tour à tour, le Cardinal Christoph SCHONBORN : archevêque de Vienne, le cardinal Claudio HUMMES : Préfet de la congrégation pour le clergé, Vatican ; Cardinal André VINGT-TROIS, archevêque de paris, président de la CEF, Mgr Guy BAGNARD, ordinaire du lieu, Mgr Alberto TAVEIRA CORREA, archevêque de Palmas, Brésil, Mgr Joseph GRECH, Evêque de Sandhurst, Australie ; le Père Jacques PHILIPPE de la Cté des Béatitudes ,France ; les dames Emmir NOGUEIRA, cté Catholique Shalom, Brésil et Patti GALLAGHER, renouveau charismatique, USA pour ne citer que ceux-là, ont focalisé leur vision dans la mesure où le prêtre redécouvre et renouvelle sa véritable identité presbytérale et trouve une joie profonde dans sa vocation et mission.
Par ailleurs, j’ai compris à Ars que la charité pastorale du prêtre découle avant tout du sacrifice eucharistique qui est le centre et la racine de la vie sacerdotale, d’où le prêtre tire ses forces intérieures. La perfection spirituelle consiste de même à propager dans tous les comportements de sa vie, ce qui qu’il réalise dans les sacrements. A cet effet, le ministère du prêtre devient efficace et en même temps, sa vie toute entière s’unifie. En s’inspirant de la pastorale de Jean Marie VIANNEY, on redécouvre la dimension de la miséricorde.
Le message du Curé aux fidèles, était comme si Dieu voulait dire que pour le mal le plus profond, il n’y a qu’une seule réponse à l’homme de ne pas désespérer mais de croire toujours qu’il est encore possible d’avancer. Sur ce, l’homme ne peut pas être réduit au mal qu’il a commis.
Dans le ministère, j’ai eu personnellement une difficulté avec un prêtre diocésain qui, à tort ou à raison, m’avait cisaillé partout (parler mal de) sur la paroisse. Il m’avait profondément blessé. Dans un partage avec le Père Samuel, je lui disais que, je ne pardonnerai jamais ce dernier dans ma vie.
Au cours de nos prières à Ars, j’ai eu la grâce de la conversion devant le coffret vitré du Coeur Curé. J’ai été profondément touché par le pardon et j’ai pleuré amèrement .La récitation du » Pater ?’m’a refait complètement. J’avoue que j’ai compris à quel point la miséricorde redresse l’homme.
Comme Mgr Guy BAGNARD nous le disait, >« la miséricorde fait retrouver chez l’homme le goût de l’avenir » .
La miséricorde est un don au-delà de tout don, un don en surabondance. Celui qui est miséricordieux, donne au-delà de ce qui est raisonnable, au-delà du concevable.
Il ne répond pas au mal par le mal.
Seul, Dieu est miséricordieux, non seulement, Il donne la vie à tout être gratuitement mais, Il veut acheminer tout être à son Bonheur. Cf Lc 15.
Bien plus, combien de fois n’a-t’on pas entendu le Curé d’Ars dire de lui : ?’je ne vaux rien ?’?
ARS EST UN PETIT VILLAGE de rien du tout, mais par la vie du Curé, Dieu l’a élevé.
Ars est une rencontre particulière. I l s’agit d’un prêtre, un saint prêtre qui a été ?présence du Seigneur
.
J’ai compris que pendant 41 ans, Jean-Marie VIANNEY, n’a pas cessé de donner la vie de Dieu et particulièrement son pardon.
Il n’a pas cessé de rendre présent le Christ à l’eucharistie et dans tous les actes de son ministère. On eût dit que le chant thème à Ars était : ?’Il est là, Il est là, Il est là, Celui qui nous aime tant ?’!!!
2010.1La rencontre avec les autres à Ars est bien marquée par des discussions à bâtons rompus, par des causeries sans fin, par des découvertes des nationalités et enfin par des échanges d’adresses. Cette partie a été aussi très enrichissant où nous avons eu la joie de faire des partages sur notre vie pastorale.

Ars reste un souvenir gravé dans mon coeur et un souvenir vivace dans mon ministère de prêtre.
Le saint Curé d’Ars demeure un modèle universel pour tous les prêtres, une figure de proue dans notre ministère sacerdotal et un ascète à imiter.
Voilà mon petit partage avec vous de ce qui est vécu à Ars, du 27 au 03 octobre 2009.
Ci-dessous le texte complet, imprimable, en PDF.

Père Kossi Joseph SEMEKO du Togo.