Service Diocésain de Pastorale Liturgique et Sacramentelle (SDPLS)

3.- Comment établir un répertoire paroissial ?

1) D’une année sur l’autre
Lorsqu’on remet un ancien chant, ne pas hésiter à vérifier si le texte correspond bien à sa fonction, surtout dans le cas des fêtes particulières.
Lorsqu’on introduit un nouveau chant, ne pas hésiter à vérifier s’il remplace avantageusement le chant qui a été pris l’année précédente. Éviter d’en introduire trop à la fois, et surtout, veiller à bien reprendre l’année suivante les chants nouveaux introduits (s’il vous pensez qu’ils en valent effectivement la peine).

2) Pour les ordinaires de messe
Pendant longtemps, certains ordinaires grégoriens ont été liés à un temps liturgique.
Il est possible de choisir des ordinaires que l’on consacrerait à certains temps liturgiques ! Par exemple : un (ou deux) pour les temps courts comme l’Avent et Noël, deux ou trois pour les temps plus longs, comme le Carême ou le Temps pascal, trois ou quatre pour le Temps ordinaire, bien sûr en fonction du nombre d’ordinaires connus dans la paroisse. Ainsi répartis, une huitaine d’ordinaires pourraient apporter à la fois une variété et une unité dans les différents temps liturgiques.
Le plus difficile à apprendre est le Gloria, à cause de sa longueur. Certains qui sont proposés pourraient sembler trop difficile pour une assemblée sans moyens particuliers. Pourtant, si on accepte d’avoir une période d’apprentissage assez longue, il suffit de le prendre et reprendre pendant six ou sept dimanches d’affilée, par exemple pendant le temps ordinaire, pour qu’il soit assimilé. C’est encore mieux si un petit groupe l’a appris auparavant.