Société Nouvelle Gorini

2 – Pèlerinage de mémoire au berceau de la famille de l’Abbé Gorini en Italie – avril 2008

italie8Carnet de route…

italie1Le Lundi 21 avril 2008, une vingtaine de pèlerins de notre diocèdse se sont rendus à VANZONE (Italie) dans le berceau de la famille de l’Abbé Jean-Marie Sauveur GORINI. Cet abbé a été nommé desservant de la chapelle vicariale de La Tranclière en 1829 et devient curé de la paroisse le 29 avril 1845 jusqu’au 10 juillet 1847. Humble et brillant avocat de l’Eglise, il a écrit plusieurs ouvrages dont « la Défense de l’Eglise » en 4 volumes. – Avant d’arriver à destination, les pèlerins ont fait une halte à Turin pour le déjeuner, la visite de quelques églises, des grandes rues de la ville et tout spécialement la cathédrale où est exposé le Saint Suaire. « Je cherche ton visage, Seigneur ». Et la basilique de Marie Auxiliatrice, qui contient les restes mortels de Don Bosco ont été des moments forts.
italie2

Malgré l’heure tardive de leur arrivée et le mauvais temps, pluie et neige, le Curé de la paroisse, l’Abbé Giorgio ANDREOTTI, les attendait. De même était présent Mr Saverio FABOZZI, cheville ouvrière du projet de cette rencontre franco-italienne. – Le Mardi 22 avril, ils étaient attendus à la Mairie à 10h30 où ils ont reçu un accueil très simple et chaleureux de la part du Curé de la paroisse, du Maire et de son conseil, des habitants, dont certains leur avaient fait l’honneur de revêtir leur costume traditionnel, des enfants de l’école primaire qui brandissaient des petits drapeaux français et italiens. Intervention des autorités présentes avec vidéo (recherche historique jusqu’au XVI° siècle de la famille GORINI) et pause café. Echange de cadeaux (tableaux et ouvrages de l’Abbé GORINI). – A 13h, déjeuner au restaurant offert par la Municipalité. – à 14h30 : visite guidée (Tour de Battigio restaurée, Canton Gorini, Chapelle St Roch, Porte Gorini, inscriptions des tombes des Gorini) avec le maire, une traductrice et quelques membres du conseil.
italie7

italie5A 18h, messe solennelle chantée en présence de Monseigneur Renato CORTI, évêque de Novara (Les chants en latin interprétés en plain-chant avec une chorale de qualité, les lectures en français et en italien). A la fin del ‘office, échange de cadeaux : Livres pour l’évêque de Novara et Cierge pascal, calice et tableau pour la Société Novuelle GORINI. Moment très intense de prière et de recueillement dans la joie de ce partage. – Ils se sont quittés avec la promesse de se revoir très bientôt, peut-être l’an prochain !! – Le mercredi 22 avril : après une visite à la mine d’or della Guia à Macugnaga, longue d’environ 18 km et qui n’est plus exploitée maintenant, l’extraction étant devenue trop onéreuse, retour vers Bourg-en-Bresse.
italie4

Message de Mgr Bagnard

Cher Monseigneur, cher Monsieur le Curé, chers Frères prêtres, Chers paroissiens et chers amis italiens,
L’histoire passée a permis à nos deux diocèses de se rencontrer, à travers la famille Gorini, venue habiter la France à Bourg-en-Bresse, dans le diocèse de Belley-Ars. Personne, à l’époque, ne pouvait prévoir qu’un jeune garçon naîtrait dans le foyer Gorini et qu’il connaîtrait la notoriété dont il est entouré aujourd’hui. Ce jeune Jean-Marie, en effet, allait être ordonné prêtre et, au fil des années, il allait devenir un véritable savant. Ce qui caractérise son ministère de prêtre et de curé, c’est son dévouement éclairé, son humilité et sa modestie dans l’accomplissement de sa tâche. Il ne se mettait jamais en avant, préférant la discrétion et l’obscurité ! Mais son intelligence et sa culture le mirent en contact avec de grands personnages ; son ministère lui laissant un peu de temps, il se mit à travailler, à lire avec passion. Il devint ainsi une véritable autorité dans le domaine de l’histoire de l’Église. On venait de loin pour le consulter et ses nombreuses études érudites, souvent publiées dans les Annales Gorini qu’il avait fondées, étaient lues par beaucoup. Il en vint à publier son oeuvre majeure, en quatre volumes, sous le titre évocateur de « la Défense de l’Église ». Car ce savant était animé d’un profond esprit ecclésial ; il cherchait à faire aimer l’Église en montrant où était la vérité, comme seul peut le faire un véritable scientifique, habité par une probité intellectuelle tout à fait admirable. Il a ainsi inauguré une méthode de critique des sources et des archives qui fait, encore aujourd’hui, autorité. Le diocèse de Belley-Ars est fier de compter dans les rangs de ses prêtres un tel apôtre de l’intelligence et de la culture, en même temps qu’un acteur si humble et si dévoué dans son ministère de curé. C’est pourquoi, aujourd’hui, je suis heureux de saluer son diocèse d’origine, son évêque, Mgr Renato Corti, le curé de la paroisse, Don Giorgio Andreotti, sa famille, ses amis et tous les chrétiens de Vanzone, par la voix de Monsieur l’Abbé Joël Lambert, lui aussi admirateur et – on peut le dire – ami de l’Abbé Jean-Marie Gorini. Je regrette vivement de ne pas avoir pu l’accompagner, lui et le groupe des pèlerins du diocèse de Belley-Ars qu’il conduit, avec le concours du Service diocésain de Pèlerinages. L’Abbé Gorini portait le même prénom qu’un autre curé de ce même diocèse, vivant à la même époque : Jean-Marie Vianney, Curé d’Ars. Celui-ci n’était pas très instruit. Il est bon que, dans le même diocèse, Jean-Marie Vianney ait eu un vis à vis qui puisse porter haut les couleurs de la culture et des sciences historiques.
Merci au diocèse de Novara de nous avoir donné cette belle figure qui fait honneur à nos deux diocèses. Bien cordialement à tous, et à vous, tout spécialement, Monseigneur, et à sa famille. A tous, je souhaite une belle journée de rencontre. Avec vous, je suis présent dans la prière et l’amitié.
Je prie avec vous tout spécialement pour l’avenir des vocations sacerdotales.
? Père Guy Bagnard, Évêque de Belley-Ars
italie10