Paroisse Marboz

l’architecte DUPASQUIER

deco_t_007

Sur la facade de l’église de Marboz ,
à 6 mètre au dessus du sol,
le nom de LOUIS DUPASQUIER est gravé dans la pierre.
Son titre est mentionné:
ARCHITECTE GOUVERNEMENTAL,
ainsi que la date de fin de construction de la facade:
MDCCCLXIX : 1859

Qui était donc cet homme?

Il fut un brillant architecte reconnu du XIXè Siècle, nommé en 1854, architecte du diocèse de Belley par le ministre des cultes.

Aucune subvention ne pouvait être attribué sans son avis.
Dans l’Ain , nous lui devons une trentaine d’église et de projets d’architecture, toutes de style néogothique.

né et mort à Lyon, 1800-1871.

Il obtient dès 1826 le prix du concours ouvert pour la construction d’une église à Villeurbanne ;
en 1827, le prix du concours ouvert pour la construction d’un abattoir à Lyon.
En 1828, il est nommé professeur de dessin à l’école industrielle de la Martinière et y développe une méthode qui obtient une médaille de première classe à l’exposition universelle de 1855.
En 1829, il conçoit le projet du pont de Fribourg en Suisse.
Sans_titreDe 1830 à 1838, il construit les églises de Blacé et Charbonnières (Rhône), Fareins, Saint-Martin du Mont (Ain) et Vaux-en-Velin.
De 1838 à 1840, il construit les abattoirs de Lyon dont les plans lui ont été demandés pour être reproduits, notamment à Newcastle (avril 1853).
En 1840, il est chargé d’un rapport pour le ministre des cultes sur la restauration de la nef de l’église de Brou ; il effectue les travaux de 1844 à 1848.
En 1845, il est nommé membre de l’académie de Lyon.

En 1848, il est nommé architecte diocésain du palais épiscopal et du séminaire de Belley et d’Autun.

Il restaure, à ce titre, le portail occidental de l’église de Brou .
En 1849, il publie son cours de dessin qu’il réédite en 1851. Dans le même temps, il travaille à la publication d’une monographie sur l’église de Brou pour laquelle il obtient une médaille de première classe à l’exposition universelle de 1855.

Il est également nommé architecte diocésain de Belley de Lyon et d’Autun.

P1000055Il a construit, en outre, dans notre diocèseles églises de Villebois(1846), Guéreins( 1848), Miribel( 1847), Saint-Laurent sur Saone (1853), Beauregard(1853), Domsure, Massignieu-de-Rives, Bellegarde, la chapelle du séminaire de Meximieux, le noviciat des religieux de Saint-Joseph à Bourg et a conçu les projets des églises de Saint-Pierre à Mâcon, d’Echallon, Lagnieu, Saint-Cyr-sur-Menthon, Marboz(1858), Pont-d’Ain, Saint-Martin du Frêne, Loyettes, Fontaines et des Ursulines de Trévoux….

Entre autres constructions civiles, il a réalisé l’hôtel des Beaux-Arts, rue d’Algérie à Lyon et l’asile d’aliénés Saint-Georges dirigé par la congrégation des religieux de Saint-Joseph près de Bourg.

Sur ses fonctions d’architecte diocésain, Viollet-le-Duc a écrit (compte-rendu du personnel) en 1853 :

« M. Dupasquier habite Lyon. C’est un architecte capable, s’il n’est pas complètement familier avec les formes et les édifices du Moyen Âge, cependant les travaux qu’il a exécutés à Autun sont faits avec soin, il faut dire même que ses dernières études sont plus complètes, plus dans l’étude des constructions qu’il est appelé à diriger que ses premières. Sa comptabilité est parfaitement tenue et il apporte un soin particulier à faire concorder les dépenses avec les prévisions de ses devis. Peut-être, M. Dupasquier met-il un peu de raideur dans ses rapports avec les autorités locales, une rigueur excessive avec ses agents. Il en est souvent résulté des difficultés qui n’ont pas été aplanies facilement. Il m’a paru que l’évêque actuel d’Autun n’avait eu avec lui que de bons rapports mais il paraît que le préfet du département a demandé avec instance son remplacement. Je ne sais sur quels motifs cette demande est fondée. Toutefois, je pense que l’administration doit soutenir M. Dupasquier qui a toujours pris ses intérêts et qui remplit ses fonctions avec conscience. L’évêque se plaint de ne pas voir assez M. Dupasquier dans son diocèse : il est vrai que les travaux de la cathédrale ne peuvent être conduits qu’avec une excessive lenteur à cause de la faiblesse des allocations mises chaque année à la disposition de l’architecte ».

Et Vaudoyer :

« M. Dupasquier réside à Lyon et est un architecte de mérite et surtout un homme sérieux. M. Dupasquier prend ses fonctions à coeur et apporte le plus grand zèle et un soin tout particulier dans ses travaux ; mais il est en même temps très entier et la confiance qu’il a en lui-même lui fait souvent tenir tête aux fonctionnaires avec lesquels il se trouve en relations, avec une trop grande fermeté. Les travaux de restauration de l’église de Brou viennent d’être mentionnés comme parfaitement compris et très bien exécutés. Et, certes, M. Dupasquier peut être compté parmi les meilleurs architectes de l’administration des cultes ».

En 1859, le préfet de l’Indre demande pour lui la légion d’honneur.
À sa mort, sa veuve refusa de transmettre les archives à son successeur. Il semble que l’administration se soit inclinée.

Detailcoupe_bas_cotedessin_maitre_autelcoupe_clocherVous pouvez consultez sur le site des archives de Bourg 5 magnifiques planches de croquis réalisés par DUPASQUIER pour l’église de Marboz. Vous y reconaîtrez les plans d’ un projet de clocher ( non réalisé), les croquis de la table de communion ou du Baptistère octogonal…