Paroisse Marboz

Historique de Saint Etienne (suite et fin)

4. La nouvelle église Saint Etienne.( Suite de l’historique)

Comme annoncé précédemment, l’ancien édifice était devenu une ruine dangereuse pour y faire des offices. En 1802, lorsque l’église était rendue au culte par le concordat (signé entre Napoléon 1° et le Pape Pie VII), l’autorité ecclésiastique avait pris la décision de ne plus célébrer à l’intérieur de la dite église en ruine et le vestibule du presbytère fut transformé en chapelle pour les messes et le jardin pour les messes dominicales.
C’est ainsi que le conseil municipal prendra la décision de la reconstruction du nouvel édifice et le problème d’argent commença à se poser. La modicité des ressources dont on disposait soit 33.500 francs, ne pouvaient permettre de réaliser des travaux importants d’une telle église et les choses traineront sans une autre possibilité d’aboutir.
Le 22 aout, avec des nouvelles cotisations des volontaires feront grossir la somme et on atteindra les 37.200 francs. M. Roux, curé, s’engagea à verser 3.000 francs pour la construction et 1.200 francs pour l’achat du maître-autel. M. Etienne Roux, neveu du précédent et vicaire de la paroisse, offrira 300 francs. M. Terrier, aumônier de Saint Joseph, à Bourg, versera 500 francs. A cela s’ajoute les diverses cotisations des propriétaires de la commune qui s’évaluait à 1.255 francs. Il était alors permis de presser la réalisation du projet.
M. Debelay, architecte à Bourg, dressa le plan du nouvel édifice et le 10 septembre 1834, un entrepreneur, M. Chapel, de Bourg également, se rendit adjudicataire des travaux. Les matériaux proviendront de la démolition de l’ancienne église. On fut également chercher des pierres de taille aux carrières de sous-Treffort, Montmerle, Saint Amour et Neuville. Elle dut être achevée vers la fin de l’été de 1836. ( 9 )
Le total des dépenses atteignit 61.298 francs, y compris les six mille francs de dépenses imprévues dont le règlement fut une cause de désaccord entre la commune et l’entrepreneur.
Apres les frais du maître-autel, le curé M. Roux, offrira encore la table de communion, la chaire et le mobilier de la sacristie. Les deux autels latéraux furent payés par des donateurs anonymes. M. Groboz, chanoine de la primatiale de Lyon, originaire de Saint Etienne du Bois, fit don d’un ostensoir et d’un ornement avec galon en or et en argent. M. Antoine, dit Chevalon, missionnaire Belley, originaire de Saint Etienne, offrit un superbe chemin de croix.
L’église sera consacrée solennellement sous le vocable de « Saint Etienne », premier martyr, son patron primitif, le 11 Décembre 1836 par Monseigneur Devie de Belley, accompagné de du vicaire général et entouré de plusieurs prêtres.
Dès le lendemain, l’église nouvellement consacrée s’ouvrait devant un cortège funèbre d’un de ses fideles au nom de Denis Crétin, de Béchane.
Le 13 décembre, un enfant y recevait le sacrement de baptême, il s’agira de Joseph Ronger, de Pommiers.
Un premier mariage sera célébré pour le couple Joseph Perdrix de Chaffaux, avec Marie Angélique Pobel, de Beny.

Quelques Curés de Saint Etienne du Bois :
? Avant 1336 : Guichard de Sachins
? Avant 1568 : Michel Terbollard
? 1568 : Jean Caley
? 1613 : Pierre Callan
? 1640 : Pierre Jacquemin
? 1656 : Gaspard Viaillier
? 04/10/1675 : Jean ?Baptiste Aujar
? 22/08/1699 : Nicolas Aujas
? 10/02/1741 : Emmanuel Simonet
? 28/06/1766 : Claude-Joseph Convert
? 01/08/1733 : Jean-Baptiste Hureville
? 1801 : Joseph Roux (concordat)
? 1838 : Etienne Roux (petit neveu de J-Roux)
? 1909 : Abbé Castin, Brevet
? Jusqu’à 1925 : Préost, puis
? en 1927 : Joly meurt subitement, il a été le fondateur de la salle paroissiale
? en 1941 : Monnier, Francisque Chambard :
? 1970 : René Bardet :
? 1987-1993 : Maruis Pariot :
? 1993-2002 : Anthelme de la Corbière
? 2004-2006 : Emmanuel Mainaud
? Et depuis 2006 : Gilbert Dikambi

Nos sources :
1. Bible de Jérusalem, Actes des Apôtres, édition S.B.F, 2005, Ch. 7-8.
2. L. Godat et C. Collange, « Poussière d’Europe : Saint Etienne-Sur-Usson, les dernières Nouvelles (I) », autoédition, 1997, p.9.
3. Idem. P.9.
4. Idem, p7
5. Nicolas Bulin et Bernard Josserand « Saint Etienne du Bois », imp. Gatheron, 1984-1985, p.1.
6. Idem, p.25.
7. Idem, p.27.
8. L’église paroissiale de St. Etienne du Bois, Notice sur la mission du centenaire, par Dom J. Duchauchix, Avril 1936, p.4.
9. Idem, p 4-6.